« Il n’est champagne que de la Champagne »

L’AOP Champagne a une superficie réduite, pour un grand nom.

33 000 hectares environ partagés entre 4 régions distinctes :

  • la Montagne de Reims
  • la Vallée de la Marne
  • la Côte des Blancs
  • la Côte des Bars

Au total, quelque 278 000 parcelles. Surface moyenne : 18 ares.
Les Crus sont des villages.

Crus au total

Premiers Crus

Grands Crus

Crus ordinaires

Savoir apprécier

La température idéale pour servir le champagne

Sa finesse, sa fraîcheur nécessitent de le boire bien frais, à une température idéalement de 8°.

Deux solutions pour rafraîchir votre bouteille à la sortie de votre cave :

  • placer la bouteille dans un seau à glace que vous remplirez d’eau froide et de glaçons : attendre entre 15 et 20 minutes.
    C’est la solution idéale à préférer à toutes les autres, car elle permet de descendre la température régulièrement et vite.
  • mettre la bouteille dans le bas du réfrigérateur, 3 à 4 heures avant de le servir. Vous pouvez la laisser plus longtemps si la température de votre réfrigérateur est constante.

Surtout ne jamais mettre votre champagne au congélateur.
Il perdrait de ses arômes et de son effervescence. Ce serait une erreur fatale !

Les bienfaits

Le champagne, des vertus méconnues pour la santé

S’il doit être consommé avec modération, il n’en demeure pas moins que ses vertus thérapeutiques sont reconnues depuis des siècles.

SES QUALITÉS PREMIÈRES QU’ON NE DIT JAMAIS OU SI PEU :

  • Son effervescence est naturelle contrairement à celle des vins mousseux ou des boissons gazéifiées qui est au contraire artificielle.
  • Le champagne n’irrite pas l’estomac et ne nuit pas à la digestion, mais l’améliore, en dissolvant les graisses et en évitant les ballonnements.
  • Il est diurétique et aide à éliminer les excès.
  • Il est riche en sels minéraux assimilables, en particulier en potassium, en calcium, en magnésium et en soufre.
  • Il possède des propriétés dépuratives et anti-inflammatoires.
  • Il est un puissant antioxydant qui agit ainsi sur les rhumatismes, les rhumes et les allergies.
  • Il contient des oligo-éléments, dont le zinc utile à la régulation de l’influx nerveux. Avant que soient utilisés les anxiolytiques chimiques, le champagne était reconnu comme un antidépresseur.
  • Il contient aussi du phosphore et du lithium, importants pour la régulation des humeurs.

Au demeurant, le champagne est un levier de la bonne humeur, favorisant l’esprit de fête, de bonheur et de réussite. Il est l’invité privilégié de tous ceux qui veulent fêter un événement « extraordinaire », qu’il soit dans la sphère privée ou professionnelle.

Rappelons cependant que ses vertus n’ont de sens que s’il est consommé sans excès.

LA DÉGUSTATION DU CHAMPAGNE

Tout un art…

LE CHOIX DU VERRE

On ne déguste pas le champagne dans n’importe quel verre…

IMPORTANT :

Il doit être de préférence de la forme « tulipe » afin de concentrer ses arômes et faciliter la formation des bulles depuis le fond du verre qui viendront exploser à la surface, formant un cordon de bulles sur le pourtour du verre.

Par verre, 2 millions de bulles se forment en moyenne en présence d’un champagne jeune et vif…
Cette effervescence est le fait d’un gaz carbonique naturel que les levures et le sucre des jus ont favorisé à l’intérieur de la bouteille pendant la seconde fermentation.

Le verre doit être rempli aux 2/3, pas au-delà, afin de permettre aux bulles d’évoluer et de conserver une température constante le plus longtemps possible. Le verre doit également être fin pour favoriser les sensations gustatives.

Un champagne se déguste, il ne se boit pas !

De même, ce que peu savent : pour que le champagne puisse conserver ses vertus, notamment le dynamisme de son effervescence, et ainsi manifester tout son potentiel aromatique, la « propreté » du verre est essentielle.

Le verre sera lavé auparavant sans produit de lavage et rincé à l’eau chaude afin de conserver une parfaite neutralité. Il sera séché par simple égouttage et stocké debout.

Les résidus chimiques des produits de lavage sont destructeurs : ils « éteignent » la mousse du champagne qui devient « plat », perdant la magie des bulles.

L'OUVERTURE DE LA BOUTEILLE

Avant de déguster un champagne, encore faut-il que la bouteille soit ouverte correctement.

C’est un rituel que beaucoup redoutent s’ils ne pratiquent pas régulièrement. Et pourtant, rien de plus simple…

Débarrassée de sa surcapsule étain appelée « coiffe », la bouteille inclinée à 45° se verra retirer son muselet en détortillant la boucle métallique.

À ce moment précis, vous maintenez fermement le bouchon avec votre pouce. Surveillez-le, car il peut à tout moment jaillir de la bouteille si le vin a voyagé ou s’il a subi des variations de température importantes.

C’est alors que vous tournerez la bouteille avec votre main tout en continuant à maintenir fermement le bouchon de votre autre main jusqu’à son éjection contrôlée. ATTENTION, votre bouteille doit toujours rester dans la position initiale à 45°.

Ne jamais lâcher le bouchon dès lors que le muselet est détaché.

LA DÉGUSTATION

Celle-ci doit préalablement réunir toutes les conditions, à savoir le verre tulipe pour le service du champagne et la température idéale de celui-ci, comme évoqué précédemment.

L’œil est d’abord sollicité, puis le nez, enfin le palais.

Seront perçus facilement la couleur, l’effervescence, les arômes, enfin les saveurs.

Chacun appréciera à sa mesure et la part de subjectivité peut être importante selon les conditions extérieures du moment.
Dans un endroit de fête et de convivialité, le champagne ne produira pas forcément les mêmes émotions qu’une dégustation chez soi.